Edition 2014

Affiche edition 2014

Voici la programmation de la 14ème édition du festival « Jazz sous les châtaigniers » de ROQUEFERE. L’édition aura lieu les 7, 8 et 9 août 2014 au pied du château. Début des concerts à 21h.

Concert du 7 août

Nico Wayne Toussaint Quartet

1ère partie : Mathis HAUG

Concerts du 8 août

Harold Lopez Nussa Quartet

1ère partie : EYM Trio

Concerts du 9 août

Francesco Bearzatti Tinissima Quartet

1ère partie : Muriel Falzon Quartet

—– PRESENTATION DES ARTISTES —–

Nico Wayne Toussaint Quartet

Ses shows reposent sur une approche très personnalisée de la scène où son charisme et son énergie définissent sa marque de fabrique. Son répertoire est principalement original et associe à la tradition du Chicago Blues des années 50 des couleurs plus contemporaines. Un groupe extrêmement affûté emmené par une voix unique achèvent de dessiner les contours du blues « à la » Nico Wayne Toussaint.

Professionnel depuis 1998, il a enregistré 12 albums sous son nom dont 11 parus sur le label Dixiefrog. L’albumLonely Number (2011) est également paru sur le label Iguane Records en Amérique du Nord. L’album ON THE GO est également paru sur le label basque espagnol HOTSAK. Au rythme moyen d’une centaine de concerts par an, il n’a jamais cessé de tourner et de rallier de nouveaux fans à sa musique, en France comme en Belgique, en Hollande, aux Etats Unis, au Canada, en Espagne, en Italie, en Allemagne et même en Macédoine, en Equateur, au Nigeria, en Syrie, en Tunisie ou au Maroc.

Depuis le début des années 2000, Nico a accueilli dans son groupe des invités tels que Cash Mc Call, David Maxwell, Monster Mike Welch, Killer Ray Allison, Tonky de la Peña, Amar Sundy, Neal Black, Mr. Boogie Woogie ou Michael Dotson. Il a enregistré ou travaillé avec Rod Piazza, Guy Davis, Albert Castiglia, JP Soars, Kid Bangham, Per Hanson, Mudcat Ward, John Dummer, L.A.Jones et Andrew Strong. Il a joué avec James Cotton, Billy Branch, RJ Mischo, Luther Allison, Eddie C. Campbell, Vance Kelly, Jimmy Burns, Jimmy Johnson et de nombreux autres noms de la scène de Chicago.

Retour haut de la page

Mathis HAUG

Mathis est né en 1976 au cœur de la Forêt Noire. À 3 ans, sa grand-mère mélomane lui met une guitare entre les mains. Sa rencontre avec l’auteur et guitariste anglais Seamus Taylor est déterminante. Un talent avéré pour l’improvisation et un excellent jeu de guitare accompagne une voix puissante, chaude et éraillée. Pas plus d’un premier morceau pour capter et faire taire une assemblée agitée, emporté au rythme des ambiances soul, folk et blues, le public est unanime : talent et générosité composent un show irrésistible !

Mathis sera aussi guitariste et chanteur aux côtés d’Emily Loizeau lors de sa tournée «Pays Sauvages».Il partage encore la scène avecIlene Barnes, Bazbaz, Nosfell, Adrienne Pauly, Terry Callier, Shannon Wright, Moriarty, Troy Van Balthazar, Paul Personne, Chris Whitley, Anis…

J.J. Milteau lui propose de réaliser son nouvel album. Milteau n’avait pas souhaité réaliser d’album depuis Bill Deraime en 1981 mais il accepte et « Distance » nait de leur fructueuse collaboration.

Retour haut de la page

Harold Lopez Nussa Quartet

Fidèle à la grande école du piano cubain, Harold López-Nussa déploie sur l’étendue des notes noires et ivoires un jeu d’une étonnante maturité. À tout juste trente ans, le virtuose affiche déjà une solide discographie sous son nom et affirme définitivement son talent dans la cour des plus grands. Pour preuve, ce nouvel album intitulé “New Day”, un jazz cubain qui sonne tel un éternel recommencement, sans jamais oublier les fondements de son originalité.

Un père batteur qui l’a biberonné depuis tout petit d’Herbie Hancock, un oncle pianiste avec lequel il a partagé plus d’une fois la scène… chez Harold López-Nussa, né en 1983 à La Havane, la musique est une histoire de famille. À vingt-trois ans, ce pur produit de l’école cubaine enregistre un ambitieux premier album solo, suite à sa prestation au Festival de Jazz de Montreux en 2005 après y avoir été Lauréat de la « Solo Piano Competition ». Dès lors, tout s’enchaîne, le jeune virtuose se produit en Europe et du monde entier.

L’expert Chucho Valdés ne s’y trompe pas : « Ce jeune pianiste est à l’avant-garde d’une nouvelle génération de musiciens. Il possède un son subtil, des idées brillantes et un style musical unique. »

C’est encore dans le terreau local qu’il a choisi de puiser l’inspiration de son nouvel album, toujours pour harmonia mundi mais désormais sur la nouvelle étiquette Jazz Village. Mais c’est le premier enregistré à Cuba, plus précisément à La Havane, dans le studio de Frank Fernandez. Ce retour aux sources de son inspiration lui permet ainsi d’inscrire cette nouvelle trace dans une histoire plus intime, en s’associant à une équipe de proches, mais aussi d’ouvrir d’autant plus large la focale vers d’autres rives du jazz.

Retour haut de la page

EYM Trio

Amalgame de résonances envoûtantes, reprenant des sonorités d’Europe de l’Est, EYM Trio est une formation née d’une rencontre en novembre 2010.

Ce trio prometteur oscille entre compositions personnelles, arrangements de standards de jazz mais aussi de thèmes traditionnels Bulgares ! Assumant leur métissage musical, EYM créé un univers captivant, influencé par de grandes pointures du Jazz telles que Duke Ellington, Chick Coréa, Michel Petrucciani et par du jazz plus actuel comme E.S.T, Avishaï Cohen et Joshua Redman.

Ce trio piano (Elie Dufour), batterie (Marc Michel) et contrebasse (Yann Phayphet), a rapidement monté son répertoire à force de répétitions intensives. Très vite remarqué par Jérôme Regard, celui-ci envoie le Trio jouer à l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon en Mai 2011.

Retour haut de la page

Francesco Bearzatti Tinissima Quartet

Francesco Bearzatti a été élu Meilleur Talent de l’année 2003 par la critique italienne et meilleur saxophoniste de l’année 2009 par la revue Musica Jazz et meilleur musicien européen » 2011 par l’académie du jazz. Son dernier CD est élu meilleur disque de l’année 2010 au référendum Top Jazz de Musica Jazz. Il confirme l’importance de la clarinette dans le jazz d’aujourd’hui, toute de vigueur, de nerf et dotée d’un lyrisme neuf.

Découvert en France aux côtés d’Aldo Romano au sein du quintet “Because of Bechet”, Francesco Bearzatti séduit un public toujours plus large. Sa technique spectaculaire fait de lui un saxophoniste et clarinettiste exceptionnel, reconnu pour sa virtuosité, son lyrisme et sa fraîcheur. La critique italienne ne s’y est pas trompée en lui décernant le titre de “meilleur talent 2003”. Il accède désormais à une véritable reconnaissance internationale. Francesco apprécie différents registres et excelle dans chacun. Après le quintet “Because of Bechet”, il poursuit sa collaboration avec Aldo Romano (batterie) et Emmanuel Bex (orgue Hammond) dans le Bizart Trio.

Sur une base acoustique mais néanmoins énergique viennent se greffer des bizarreries électroniques. Il se produit en solo pour une relecture des compositions les plus marquantes de Duke Ellington intitulée “Sounds of Love”. En duo avec Bruno Angelini (piano), il propose un voyage musical nostalgique et romantique puisant dans leurs origines méditerranéennes et leur background musical. En compagnie de Dan Weiss (batterie) et Stomu Takeishi (basse), Francesco Bearzatti forme “Sax Pistols”, un trio jazz-rock-punk.

La vigueur des légendaires Led Zeppelin, Deep Purple, Nirvana, Sound Garden et autres Sex Pistols n’est pas altérée, juste intelligemment détournée à grand renforts de samplers, delays et distorsions. Qui a dit qu’un sax ne pouvait pas sonner comme une guitare électrique. Enfin, avec “The Bears”, Bearzatti joue la carte de l’élégance. Un trio audacieux et complice qui ne s’épargne aucune prise de risque. Un exercice périlleux récupéré à un pas de la chute. Jubilatoire tant pour les musiciens que pour l’auditoire.

Retour haut de la page

Muriel Falzon Quartet

Après avoir fait ses classes dans diverses formations de jazz, elle intègre en 2004 le quartet Swingirland, groupe qui reprend les standards jazz des années 50.

La rencontre avec le pianiste et arrangeur Sébastien Falzon impulse un changement quant-aux choix musicaux, au son & à la couleur du groupe. De cette rencontre va naître le projet « Bleue môme…entre Piaf & Barbara », dans lequel l’histoire et les influences de chacun sont réunies au service de la sensibilité recherchée par la chanteuse.

Muriel Falzon est une chanteuse tridimensionnelle qui en quelques années a su créer entre sa formation de chanteuse classique et son expérience dans le blues et le gospel un monde bien à elle.

Une voix pure qui transcende les ballades, une énergie qui propulse le groupe dans des tempi foudroyants et un swing terrible sur lequel elle communique au public tout son amour du jazz.

Retour haut de la page
Retour page d’accueil

Les commentaires sont fermés.